Nos tutelles

CNRS

Rechercher




Accueil > Le réseau

Les membres du réseau

publié le , mis à jour le

Qui sont les membres du réseau ?

Des ingénieur.e.s et technicien.ne.s (IT) du CNRS, mais également des universités et autres EPST.

Au 31 décembre 2018, sur 490 inscrits, près de la moitié sont agents du CNRS, un cinquième viennent des universités (Lille, Strasbourg, Versailles-Saint-Quentin…), et le petit tiers restant du CEREQ, d’autres EPST (INED, INRA, IRD…), de l’EHESS...

Le réseau, initié par des ingénieurs, réunit pour le moment avant tout des IT : la moitié sont ingénieurs d’études, un quart ingénieurs de recherche ; les autres appartiennent pour moitié à d’autres corps d’IT (assistants ingénieurs, techniciens…), l’autre moitié étant composée de maîtres de conférences et de jeunes chercheurs (doctorants ou jeunes docteurs). Le réseau est volontairement ouvert à toutes les catégories de personnels (et pas seulement aux ingénieurs).

Un réseau qui réunit plusieurs générations de professionnels...

Le réseau rassemble une part importante de "jeunes" professionnels, alors que dans la BAP DA (production, traitement et analyse des données) la part des plus de 55 ans est la plus élevée de tous les métiers IT du CNRS…). La moitié a moins de 40 ans et 30% entre 41 et 50 ans. De ce point de vue, le réseau peut constituer un lieu de transmission et d’échanges sur les pratiques, un espace de construction d’une identité professionnelle importante pour assurer le maintien et le renforcement des techniques maîtrisées dans nos métiers.

Cette participation marque probablement la volonté des jeunes collègues de s’inscrire dans une communauté professionnelle dynamique et affirmée et pour les plus expérimentés de transmettre savoirs et connaissances (tout en s’enrichissant des savoirs et connaissances des plus jeunes).

… et relie des IT répartis sur l’ensemble du territoire.

Loin d’être concentré à Paris ( seulement un tiers des membres en région parisienne), le réseau s’étend de Lille à Toulouse et Marseille, de Strasbourg à Brest, avec un pôle qui se dessine autour de Lyon et Grenoble (15% des membres), et même à l’étranger et en outre-mer.

Historique de la création de Mate-shs

Le réseau est fondé en juillet 2014 à l’initiative d’ingénieur.e.s de la branche d’activités professionnelles BAP D "Sciences Humaines et Sociales" : Damien Cartron (ingénieur de recherche, sociologue, Paris), Viviane Le Hay (ingénieure de recherche, politiste, Bordeaux), Pernelle Issenhuth (assistante ingénieure, sociologue, Paris), Benoît Tudoux (ingénieur d’études, statisticien, Toulouse). Ils ont à eux quatre une expertise dans la production, le traitement et l’analyse de données et ont tous été impliqués dans la mise à jour de Referens pour la BAP D et / ou dans l’élaboration du rapport sur les métiers de la BAP D rendu à l’OMES.

Aussitôt, ils envoient un courriel qui présente leur projet de réseau à leurs contacts, leur demandant de rediffuser le document, et invitant les personnes intéressées à s’inscrire sur la liste de diffusion de Mate-shs.

Quatre mois après, le réseau compte déjà 128 membres, et le 27 novembre 2014, la première rencontre du réseau Mate-shs se tient à Paris (sur le campus Jourdan de l’ENS, École Normale Supérieure) et réunit une cinquantaine de participants.

A l’issue de cette journée, est organisée en décembre 2014, l’élection (via un vote électronique) du premier comité de pilotage, composé de 8 membres élus pour deux ans .

Très vite, le réseau est officiellement considéré comme un réseau de l’InSHS, Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

En décembre 2018, après 4 ans et demi d’existence, la tenue de 5 journées annuelles, de trois ANF et d’une quinzaine de webinaires Tuto@Mate, le réseau compte 490 membres.